Poèmes du Froid – Nuit Polaire III


Depuis l’obscure noirceur à la pénombre claire,
Je veille les nuits sans espoir de lumières autres que celles des villes que l’on frôle.
Auréoles dispersées dans le ciel du pôle.
Et du soir au matin, et du matin au soir.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :