Poèmes du Froid – Nuit Polaire IV


Là Novembre s’en va
Et Novembre se meurt.
Moi ? Je reste là,
Et las je demeure.
Je suis l’insaisissable,
L’invisible et distant.
Je suis l’insaisissable,
J’attends la fuite des jours
Je guette la fuite du temps,
Avant le retour.
Combien de temps encore ?
Ne compte pas, ignore.
Combien de temps encore ?
Ne compte pas, rien à compter :
Un seul crépuscule,
Unique traversée.
Ne compte pas et dors,
Une seule Nuit au dehors.
Ne compte pas, vis, et raconte la Nuit.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :